dérives du service publique !

Mort sur un toboggan : Dimitri aurait échappé à la vigilance des éducateurs !

Selon des témoins, le petit pensionnaire du foyer Alizé de Pamfou, décédé accidentellement, a quitté une séance de

jeux collectifs pour jouer seul au toboggan dans le jardin.

Dimitri est sorti par une porte-fenêtre pour aller jouer au toboggan dans le parc de la maison d'enfants où il était placé

depuis 2004.

ce dernier, pensionnaire âgé de 7 ans de la  maison d'enfants Alizé, à Pamfou, entre Melun et Montereau, est mort pendu

avec sa corde à sauter un dimanche après-midi.

Il se l'était passée autour du cou avant de s'élancer sur le toboggan mais les poignées de la corde se sont prises dans des

lattes et l'enfant s'est brisé des cervicales dans la pente.

Au moment du drame, huit enfants étaient présents dans la maison Alizé, encadrés par deux éducateurs et une cuisinière.

Dimitri, avec ses petits camarades, avait joué à la corde à sauter.

Puis tous étaient rentrés dans une salle pour une séance de jeux de société par groupes de quatre.

« Deux éducateurs pour huit enfants, est-ce conforme ? » Selon le parquet de Melun, qui dirige l'enquête préliminaire pour

homicide involontaire, l'enfant se serait alors éclipsé à l'insu des éducateurs en direction des chambres.

Il serait sorti par l'une d'elles, dont la porte-fenêtre était ouverte. Le temps que les adultes le retrouvent avec l'aide d'autres

enfants, il était déjà trop tard.

« Il est clair que l'enfant a échappé à la vigilance. On ne sait pas combien de temps il est resté pendu.

Les gendarmes reconstituent, minute par minute, l'emploi du temps de chacun des présents, ce qui ne veut pas dire pour

autant qu'il y a eu un défaut de surveillance de la part du personnel.

Nous vérifierons aussi le respect de l'organisation de travail ce week-end-là.

Deux éducateurs pour huit enfants, est-ce conforme au règlement intérieur ? »,

précise Serge Dintroz, le procureur de Melun. Pour l'heure, aucune autopsie n'a été demandée.

Après avoir été reçus par les services de l'aide sociale à l'enfance, les parents de Dimitri devaient être entendus par les

gendarmes de la brigade de recherches de Melun. Le père aurait laissé entendre qu'il avait l'intention de déposer plainte.

Dimitri était placé dans ce foyer à la suite d'une mesure d'assistance éducative dans le cadre d'une alerte de mineur en danger.

Parmi les raisons de son placement, on évoque l'état de santé de la maman des enfants.

Dimitri étudiait au CP à l'école de Pamfou.

La maison d'enfants accueillait aussi sa grande soeur de 11 ans en CM 2.

Les deux autres enfants de la fratrie, des garçons plus jeunes que Dimitri, vivaient avec leurs parents à Dammarie-les-Lys.

 

Source: Le Parisien

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×