La maternité qui dérape

victimes d'un usage abusif du principe de précaution

 

 

 

un avocat de Clermont-Ferrand a déposé une requête devant le tribunal administratif pour obtenir une expertise après qu'un nourrisson

 

a été momentanément retiré à ses parents par les autorités une semaine après sa naissance, a-t-il indiqué vendredi.

 

La petite fille née le 7 janvier avait fait l'objet d'un contrôle sanguin traditionnel à la maternité de l'Hôtel Dieu à Clermont-Ferrand dont

 

les résultats s'étaient révélés "légèrement"

 

 supérieurs à la normale, selon Me Charles Fribourg, avocat des parents. De nouvelles analyses devaient avoir lieu deux jours plus tard,

 

mais les parents de l'enfant avaient décidé de rentrer chez eux, malgré le refus du personnel médical.

 

"L'hôpital a alors saisi la justice, au motif que la mère semblait incapable de s'occuper du bébé, et la justice a ordonné le placement

 

de l'enfant", explique-t-il. Cet examen "ne révélait aucune urgence ni contre-indication médicale de sortie", souligne Me Fribourg.

 

Douze gendarmes mobilisés !

"Nous voulons savoir quelles informations a donné l'hôpital pour que la justice prenne une telle décision", souligne l'avocat du

couple,

 

faisant valoir que l'affaire aurait eue pour origine une "altercation avec une sage-femme".Selon lui, douze gendarmes et un véhicule du

 

Samu sont venus chercher le nouveau-né à son domicile le 14 janvier pour le ramener à l'hôpital avec ses parents.

 

L'enfant a finalement pu rentrer chez lui une semaine plus tard, mercredi, après une nouvelle prise de sang dont les résultats se sont

 

révélés normaux.

 

 "Cette décision était fondée, a déclaré de son côté le

 

procureur de la République de Clermont-Ferrand...

 

 La famille avait refusé l'assistance de la PMI (protection maternelle

 

et infantile) lors de sa sortie, et nous avons dû faire appel au juge

 

pour enfants afin qu'elle l'accepte."

 

D'après agence

 

 

ALORS QUOI MAINTENANT ON NOUS OBLIGE A COLLABORER AVEC LA PMI: Je qualifie cela

d'abus de pouvoir et de non respect des droits des parents.

 

 

Sources entre autres :

 

http://lci.tf1.fr/science/sante/2009-01/un-nouveau-ne-retire-de-ses-parents-requete-deposee-5519692.html

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×